Histoire et Activités du Club en bref

Photo Ci-dessous: le Château du Haut -Koenigsbourg avant et après sa rénovation menée par l'Architecte allemand Bodo EBHARDT pour le compte de l'Empereur Guillaume II (1901-1908)


Photo suivante: extrait du registre des membres du Club Vosgien de Sélestat-HK , exercice 1903, document qui atteste que Bodo Ebhardt était aussi membre d'Honneur du CV Sélestat

ruinesHKetaccès1901

extraitregistreCVS1903b

HISTOIRE du CLUB et SENTIERS

Peu de temps après la naissance, le 31 octobre 1872, du Club Vosgien, du côté de Saverne à l'initiative du juge Richard STIEVE, un ingénieur des Eaux et Forêts nommé TOBIAS a fondé le Club Vosgien de Sélestat le 15 décembre 1872.
La première assemblée générale du Club s,est tenue le 4 avril 1873 au café de Lyon , dans des locaux actuellement occupés par la librairie  Wackenheim à Sélestat. Parmi la soixantaine de membres présents, il y avait en plus du Maire et du  Kreisdirector  (équivalence sous-préfet), le colonel et 17 officiers du régiment des chasseurs à pied en garnison à la caserne  Kaiser Karl  (aujourd,hui Schweissguth).
En 1876, le président et membre fondateur KIRCHHOFF décida de faire réaliser un premier sentier reliant Châtenois au Haut-Koenigsbourg par le versant Est du Hahnenberg passant au-dessus de Kintzheim :  le Chemin des Bains .Le 1er tronçon de 2370m de long et 2m de large fut prolongé jusqu'à la Wick en 1877, à la demande du propriétaire de l'hôtel du Badbronn. Un second sentier fut créé en 1878 entre les châteaux de l'Ortenbourg et du Bernstein, puis prolongé jusqu'à l'Ungersberg en 1881.En 1883, le Club Vosgien participa au lancement du Kaiserwilhempfad , sentier de 1,60m de large entre le Danielsrain et le Haut-Koenigsbourg. Ces travaux étaient réalisés par des petites entreprises locales, le club vosgien assurant la récolte des marks nécessaires au financement qui provenait de ses fonds propres,de subventions des collectivités, du comité central,et surtout de l'émission de bons de souscriptions de 20 marks. A partir de 1886 une part du budget sentiers commença à être consacrée à la création d'abris et de bancs, ainsi qu'à l'installation de panneaux de signalisation et de fléchage d'itinéraires ; c'est ainsi que les signes " rectangle rouge et rectangle rouge-blanc - rouge apparurent en 1897 pour la désignation du parcours principal (GR5 de Wissembourg à Masevaux) et de ses sentiers d'accès.
De 1901 à 1908, l'Empereur Guillaume II fit restaurer la ruine du Haut-Koenigsbourg par l'Architecte berlinois Bodo EBHARDT. Ce dernier a été membre d'honneur du Club vosgien de Sélestat Ht-Koenigsbourg , appellation prise par la section en 1901 qui consacra alors la majeure partie de son budget à l'entretien et à l'amélioration des nombreux itinéraires donnant accès au Château.
L'itinéraire du GR5 passe d'ailleurs devant l'entrée principale du HK, en provenance des Châteaux du Bernstein, de L�Ortenbourg, de Châtenois (église fortifiée), puis se dirige vers Thannenkirch et les châteaux de Ribeauvillé. .
Plus tard, un autre itinéraire important, le sentier des Ducs (losange jaune) reliera Marckolsheim à Montbéliard en passant par St-Hipollyte et les hauteurs d'Orschwiller, puis en contournant le HK par les versants Est et Nord pour rejoindre le GR5 au pied du Château.
Mais le Club Vosgien a aussi pour vocation l'organisation de sorties dominicales. La première excursion mentionnée par les archives a été organisée en juin 1875 et mena les participants à l'Ungersberg. A partir de 1882 les marcheurs pouvaient se procurer les premières éditions du guide de MUNDEL  et des croquis d'itinéraires avec temps de parcours comme celui réalisé par les sections de Sélestat et de Barr entre l'Ortenbourg et le Hohwald.
Ainsi, dès ses origines la section de Sélestat a fait face avec succès aux multiples tâches qui sont aujourd'hui encore celles du Club Vosgien, à savoir, développer chez le citadin la connaissance et l'amour de la montagne et de la nature et oeuvrer en même temps au rapprochement entre les hommes, quelque soit leur nationalité, leurs idées ou leurs professions. Une commission � savante � a aussi été créée et rassemblait des spécialistes de l'histoire, de la géographie, de la botanique et de la géologie, dans le but de lancer des annuaires des banques de photos et de films amateurs, dans le but aussi de former des conférenciers. C'est ainsi que les abbés GENY et WALTER, conservateurs de la bibliothèque humaniste, ont animés à leur époque respective cette commission culturelle du Club Vosgien de Sélestat.
Après chaque conflit, l'association a su se relever en 1918 et en 1945, après 5 ans de souffrances (18 membres disparus et 80 expatriés) et reprendre sa marche en avant, malgré les difficultés liées à l'après-guerre.
Les années passèrent avec une succession de comités qui peu à peu ont donné au Club sa vocation d'organisateur de randonnées et voyages de plus en plus lointains.


LE RESEAU des SENTIERS PEDESTRES n'a cessé de croître et son entretien est principalement assuré par la débauche d'énergie de bénévoles sous la direction de responsables appelés aussi inspecteurs des sentiers. Les derniers inspecteurs MOEREL, KAUFFMANN  et le  toujours jeune Gilbert PFERTZEL contribuent toujours à la notoriété du Club.
. L'entretien et l'amélioration des chemins de randonnées pédestres sont devenus un levier indispensable à la bonne marche de l'association. Cela passe obligatoirement par une bonne entente et une coordination avec les communes concernées et les services de l'O.N.F..
Notre rayon d'action comprend actuellement les versants ouest et nord du massif du Haut-Koenigsbourg , le versant sud du massif au dessus de la Vancelle , à savoir du Chalmont au Rocher du Coucou , puis vers le château de Frankenbourg, et aussi la forêt de l'Illwald au sud-est de Sélestat ,et depuis 2009 le sentier de l'Ill entre Sélestat et Matzenheim , soit au total 288km de sentiers balisés à entretenir auxquels s'ajoutent quelques km de chemins balisés dans le Ried entre Ebersheim , Benfeld, Sand, et Rhinau ,où le Club Vosgien de Sélestat participe à l'entretien du balisage seul. Notre réseau de sentiers comporte plus de 110 carrefours sur lesquels sont placés plus de 350 panneaux directionnels , plus de 35 panneaux de lieux-dits , le tout fléché par plus de 3100 plaquettes indicatrices. La main d'oeuvre, soit 800 heures par an, est entièrement assurée par des membres bénévoles.

Une autre mission relative aux sentiers, moins connue, consiste à faire mettre à jour les plans IGN TOP25 des randonnées pédestres, et le plan départemental des itinéraires de randonnées pédestres.

PtxCVS16-05

Photo ci dessus:  reprofilage et débroussaillage du sentier GR5 en  mai 2009

Photo ci-dessous : réfection de l'abri du Pain d'Epice, au pied du massif du HK, en 2012

DSCN1830